Foot – Bleues – Renard sur Henry et les Bleues : « On ne peut pas continuer comme ça »

La non-sélection d’Amandine Henry (31 ans, 92 sélections, 13 buts) par Corinne Diacre pour les matches de qualification à l’Euro 2022 avait déjà suscité de vives réactions dans l’entourage de la milieu de terrain lyonnaise. Mais ce vendredi, l’ancienne capitaine des Bleues, Wendie Renard, s’est également exprimée sur Canal+ à propos de l’absence de sa coéquipière lyonnaise, avant la rencontre de l’OL face à Guingamp : « Il faut ramener un peu plus de sérénité, d’atmosphère un peu plus sereine et surtout d’énergie positive pour pouvoir se trouver complètement sur le terrain. Il est important d’être serein et d’avoir la confiance pour s’exprimer. »

« C’est comme dans une entreprise, quand on sait que l’on a des désaccords avec le patron, on n’est pas sereins. »

Wendie Renard, défenseuse de l’OL et des Bleues

La défenseuse des Bleues a également évoqué la rencontre, ce mardi, avec Noël Le Graët, le président de la FFF, dans le cadre de la remise des médailles de la Fédération aux joueuses, au staff et aux dirigeants de l’équipe féminine de Lyon : « Nous avons eu un échange par rapport à la vision de l’équipe de France, dans le sens où on a un Euro à préparer (reporté en 2022). C’était un échange pas très long mais important pour pouvoir avancer ensemble. C’est comme dans une entreprise, quand on sait que l’on a des désaccords avec le patron, on n’est pas sereins. Il faut ramener de la sérénité, que tout le monde soit clair. On ne peut pas continuer comme ça, on se fait du mal entre nous. »

« Elles vont en équipe de France par obligation, pas par plaisir. (…) Avec la boule au ventre. »

Reynald Pedros, entraîneur de l’OL de 2017 à 2019

En tant qu’ancien entraîneur de l’Olympique Lyonnais, Reynald Pedros, a partagé son expérience sur Canal+ : « J’ai été pendant deux ans acteur de cette situation. C’est une relation très compliquée entre les joueuses et la sélectionneuse. Je récupérais les joueuses psychologiquement très affectées. Il fallait à chaque fois discuter, les remettre bien. Elles vont en équipe de France par obligation, pas par plaisir. Elles vont en équipe de France avec la boule au ventre. J’ai eu Amandine par textos, elle se pose énormément de questions. Ça lui a trotté dans la tête (d’arrêter la sélection). Je ne pense pas qu’elle arrêtera. Beaucoup de choses se mélangent dans sa tête. »

Sur le terrain, Amandine Henry a ouvert le score en première période pour Lyon face à Guingamp. Elle a célébré son but en se bouchant les oreilles. Peut-être un clin d’oeil à son homologue masculin Memphis Depay. Ce geste est aussi prisé par sa coéquipière, la gardienne Sarah Bouhaddi, qui s’est mise en retrait de la sélection.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *