US Open (H) – Denis Shapovalov : « Carreno Busta jouait de mieux en mieux »

« À 21 ans vous venez de disputer un quart de finale de Grand Chelem. Il y a quand même du positif, non ?

Oui, il y a beaucoup de choses positives, même si, tout de suite, je ne les vois pas (sourire). C’est difficile, là. J’étais dans le match, j’avais une vraie chance de gagner. J’étais présent dans tous les sets. Tout de suite, je ressens vraiment beaucoup de frustration. C’est difficile de voir le positif. Mais, oui, ça a été un sacré parcours. J’ai de la chance d’être arrivé jusqu’aux quarts. Taylor Fritz a servi pour le match contre moi, tout aurait pu s’arrêter au troisième tour. Oui, c’est quand même une grande semaine et demie pour moi.

Avez-vous été surpris de le voir si performant dans le cinquième set ?

Oui, je ne m’attendais pas à le voir réagir comme ça, surtout après avoir fait appel au kiné. Il avait l’air mort dans le quatrième set. C’est un peu étonnant. Mais, je veux dire, oui j’ai manqué de chance dans les tie-breaks. J’étais un peu tendu. Mais lui, il a été solide, il est allé les chercher. Dans le tie-break du troisième, je suis passé devant et j’ai tout gâché. Lui, quand il était devant, il y restait. Il a fait un grand match et tout le mérite de la victoire lui revient. Il n’a pas eu de trou, mis à part dans le quatrième. Et il en est revenu très fort, plus fort que ce à quoi je m’attendais. C’est dur de jouer un gars comme lui. J’avais l’impression qu’il jouait de mieux en mieux au fil du match. Au début, il était un peu raide, il ne bougeait pas très bien. Et plus ça avançait, mieux il jouait. Vraiment, tout le mérite de la victoire lui revient.

Avez-vous le sentiment que vous êtes devenu un prétendant sérieux pour un titre en Grand Chelem ?

Physiquement, j’ai ce qu’il faut. Maintenant, il me faut encore plus d’expérience. Je dois vivre ce genre de situation plus souvent. Ce n’est que mon premier quart de finale. J’étais proche, j’ai eu pas mal d’opportunités. Je pense que la prochaine fois, je serais plus à l’aise. Mais physiquement, je me sens bien. Prêt à aller au bout d’un tournoi comme ça. Ah, voilà, j’arrive à voir un point positif…

Plus on se rapproche de la finale et plus la tension nerveuse augmente ?

Bien sûr. En plus, cette année, il n’y a pas beaucoup de joueurs qui ont connu ça. Dominic (Thiem) et Daniil (Medvedev) ont déjà cette expérience, mais aucun des autres encore en lice. N’importe lequel d’entre eux peut gagner ce Grand Chelem et c’est très excitant pour le tennis. Et bien sûr, il va y avoir beaucoup de tension lors des matches. J’ai regardé Borna (Coric) jouer contre Sacha (Zverev) et il y avait beaucoup de tension dans ce match. Et je pense qu’il va y avoir encore quelques matches comme ça. »

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *