Tennis – ATP – Rome – Rome : Novak Djokovic s’est remis sur le bon chemin

Dix jours après avoir quitté l’US Open sur une disqualification successive à un geste d’humeur qui l’avait conduit à « allumer » involontairement une juge de ligne, Novak Djokovic est réapparu à Rome, mercredi, habillé aux couleurs monégasques et armé des meilleures intentions.

Face à Salvatore Caruso (87e ATP), coriace terrien italien de vingt-sept ans qu’il avait aisément dominé en 2019 au troisième tour de Roland-Garros (6-3, 6-3, 6-2), le numéro un mondial s’est appliqué à rendre une copie propre de A à Z, même s’il a réussi à légèrement s’agacer en début de seconde manche à cause du déplacement inopportun, en plein échange, d’une des rares personnes présentes dans les gradins de ce tournoi disputé à huis clos.

Déjà à l’aise dans ses glissades

Globalement calme, posé sur ses appuis, à l’aise dans ses glissades, il a cherché à faire simple, n’a pas eu à faire face à la moindre balle de break et s’en est sorti en deux sets aussi secs que ceux de Paris l’an passé (6-3, 6-2 en 1h24).

Avant de lancer son Masters 1 000 romain, Djokovic avait expliqué qu’il n’avait pas d’autre choix que d’aller de l’avant après l’incident newyorkais, ajoutant tout de même : « Je ne l’oublierai jamais, c’est quelque chose qui reste dans votre mémoire pour le reste de votre vie. »

Sans jamais briller mercredi face à Caruso, accrocheur mais pas assez armé pour vraiment faire mal au Serbe sur la longueur, le numéro un mondial a patiemment attendu son heure pour franchir ce tour en douceur. Son prochain match, face au vainqueur du duel programmé en fin de journée entre Filip Krajinovic et Marco Cecchinato, promet d’être plus exigeant.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *