Tennis – ATP – Et si l’US Open 2021 marquait officiellement la fin de l’ère du « Big Three » ?

Les rois sont morts, vivent les rois ! Au lendemain d’un US Open qui avait commencé sous l’ombre des absents (Roger Federer et Rafael Nadal, tous deux contraints de mettre un terme prématuré à leur saison) et qui s’est terminé par le rêve brisé de Grand Chelem calendaire de Novak Djokovic, il est légitime de se poser la question du « Big Three ». Cet aigle à trois têtes s’est gavé de 60 titres du Grand Chelem sur les 72 derniers et n’a laissé que des miettes aux plus courageux des suiveurs. Mais depuis l’US Open, tout a changé.

En terrassant Novak Djokovic, Daniil Medvedev a marqué les esprits. Le Russe, n°2 mondial, n’est pas sorti de nulle part. Il disputait sa troisième finale en Majeur et son palmarès était déjà bien fourni par ailleurs. En demi-finale, Alexander Zverev, impeccable jusque-là, avait réussi à pousser Djokovic jusqu’au cinquième set. Plus tôt dans la saison, Stefanos Tsitsipas (Roland-Garros) et Matteo Berrettini (Wimbledon) avaient prouvé qu’ils avaient leur place tout en haut.

Ce qui fait dire à Todd Woodbridge, ancien joueur (16 titres du Grand Chelem en double) devenu consultant, que « l’ère du Big Three est terminée. Novak pourra encore remporter un ou deux Majeurs, mais ce sera difficile car la nouvelle génération se voit vraiment capable de remporter des Grands Chelems, il n’y a plus de complexes. Maintenant, les choses vont prendre une tout autre tournure ».

« L’US Open aura été une étape charnière dans le monde du tennis. »

Todd Woodbridge

Et Woodbridge de prendre l’exemple de Mats Wilander qui avait remporté trois Majeurs en 1988. Un exploit immense que le Suédois n’avait pas été en mesure de réitérer, puisqu’on ne l’avait plus vu en finale d’un tournoi du Grand Chelem ensuite.

« Je ne pense pas que Novak chutera aussi durement car il a toujours pour objectif de remporter un 21e Grand Chelem. Mais je pense qu’il apprécierait que Nadal revienne pour le challenger car c’est le genre de motivation dont il a besoin. Si Rafa et Roger (Federer) ne sont plus là, ça pourrait être plus compliqué pour Novak », estime-t-il sur Wide Worlds of Sports. L’Australien suggère que Djokovic s’est nourri de la confrontation avec ses deux plus grands rivaux, qu’il y a trouvé la motivation pour rejoindre leur palmarès en titres du Grand Chelem puis les dépasser. Mais sans eux dans le viseur, qui dit que Djokovic n’aura pas un coup de blues ? « Dans le sport, tout va très vite. De nouvelles histoires s’écrivent, de nouveaux drames se jouent. L’US Open aura été une étape charnière dans le monde du tennis. »

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *