Foot – Benevento, Cadix, WBA… Ces promus que l’Europe va redécouvrir

Angleterre : le retour du derby du Black Country Bien sûr, il y a le Leeds de Marcelo Bielsa et le retour de Fulham, vainqueur mardi de la finale des play-offs contre Brentford (2-1).

Mais n’oublions pas West Bromwich Albion. La montée de WBA en Premier League signe le grand retour de l’un des derbys emblématiques du foot anglais après neuf ans d’absence. La rivalité entre les Baggies et les Wolves de Wolverhampton est en effet l’une des plus anciennes du football anglais, et nourrit les amateurs de ballon du comté du Midlands de l’Ouest depuis 1883. Les deux équipes, qui se sont affrontées près de 150 fois, font partie des douze clubs fondateurs du Championnat anglais en 1888.

Pippo Inzaghi est le coach de Benevent (Francesco Pecoraro/Getty Images) Crotone et Benevento évolueront en Serie A à partir du 19 septembre. L’occasion de revenir sur l’étrange pseudonyme du « Benevent », club entraîné par Pippo Inzaghi, qui vivra sa deuxième expérience dans l’élite (après 2017-2018, débutée par une série « historique » de 14 défaites). Au VIe siècle, certains rites païens des envahisseurs lombards marquèrent profondément les populations locales. Un exemple : des femmes hurlaient et sautaient autour d’un noyer auquel des serpents étaient pendus.

De cette légende, la ville de Benevento fut rebaptisée « la ville des sorciers » et la « strega », la sorcière, devint le symbole du club local, s’affichant sur son blason. Gare aux sorts en Serie A ! Les supporters de Cadix en juin 2020. (Javier Montano/DeFodi Images via Getty Images) Relégué en 2006, le club andalou retrouve l’élite aux côtés de Huesca. Un évènement pour ce promu qui n’a connu que douze saisons de Liga depuis la création du Championnat, en 1929.

Avec 17 000 socios et un stade de 22 000 places souvent rempli, Cadix est le club d’une cité populaire, qui se passionne pour son carnaval, et qui vibrait à la fin des années 1980 pour les arabesques du génial et fou Salvadorien Magico Gonzalez. Premier renfort pour les Amarillos : l’ancien attaquant du FC Séville et de Manchester City Alvaro Negredo, 34 ans. L’Arminia Bielefeld fête son titre de champion D2. (PictureAlliance / Icon Sport) Si Stuttgart retrouve l’élite un an après sa relégation, c’est bien l’Arminia Bielefeld qui a terminé en tête de la Bundesliga 2. Le club de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie n’avait plus connu l’élite depuis onze ans et était même passé par la D3.

Espérons que cette huitième promotion en Bundesliga en 50 ans se termine mieux que la première : en 1970-71, l’Arminia Bielefeld avait été impliquée dans un scandale de matches truqués. Deux joueurs avaient été suspendus à vie et le club avait été rétrogradé automatiquement en 1972. Spécialiste de « l’ascenseur », l’Arminia n’a connu que deux passages au long cours dans l’élite, entre 1980 et 1985, puis 2004 et 2009.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *