Et à la fin, c’est le Bayern qui gagne ! – Débrief et NOTES des joueurs (Bayern 2-1 ap Séville)

Poussé dans ses derniers retranchements, le Bayern Munich a finalement pris le dessus sur le FC Séville (2-1 ap), ce jeudi à Budapest, lors de la Supercoupe d’Europe. Un deuxième succès dans cette compétition pour le vainqueur de la Ligue des Champions après 2013.

Le Bayern a pris le dessus sur Séville à Budapest.

Et à la fin, c’est le Bayern Munich qui gagne ! Favori de cette Supercoupe d’Europe, le club allemand a dû s’employer et attendre la prolongation pour prendre définitivement le dessus sur le FC Séville (2-1 ap), ce jeudi à Budapest.

Dominateurs et freinés par un excellent Yassine Bounou, les hommes d’Hans-Dieter Flick confirment leur suprématie à l’échelle continentale avec ce deuxième succès dans la compétition, un mois après leur victoire contre le Paris Saint-Germain (1-0), en finale de la Ligue des Champions.

Goretzka répond à Ocampos

Pas du tout impressionné, Séville mettait d’entrée le pied sur le ballon. Mieux encore, le club espagnol proposait un jeu huilé qui déstabilisait un Bayern pas encore dans son assiette. C’était d’ailleurs sur une ouverture lumineuse dans la surface que Rakitic profitait d’une belle déviation de De Jong pour obtenir un penalty, transformé par Ocampos (0-1, 13e). Surpris, les Bavarois passaient la seconde et mettaient rapidement une grosse pression sur la défense adverse. Müller était d’ailleurs tout proche d’égaliser mais Koundé réalisait un sauvetage miraculeux sur un tacle désespéré.

Au fil des minutes, les Allemands se rapprochaient de plus en plus du but de Bounou. Pavard ratait de peu le cadre sur son plat du pied puissant alors que Lewandowski perdait son duel avec le gardien marocain. Des chaudes alertes qui obligeaient les Sévillans à reculer pour éviter de perdre le contrôle d’un match de plus en plus compliqué. Mais à force de subir, la sentence finissait par tomber. Sur une déviation astucieuse de Lewandowski consécutive à une passe fabuleuse de Müller, Goretzka remettait les pendules à l’heure d’un plat du pied parfait (1-1, 34e).

Bounou tient la baraque, Neuer aussi

Au retour des vestiaires, la partie s’équilibrait. Le Bayern pensait toutefois prendre l’avantage après un une-deux exceptionnel entre Lewandowski et Müller mais le Polonais était hors-jeu au départ de l’action. Débutait alors le festival Bounou. Comme en finale de la Ligue Europa contre l’Inter, le Lion de l’Atlas réalisait des miracles en repoussant les nombreuses tentatives de Gnabry, Sané, Goretzka ou encore Müller. En toute fin de partie, Neuer, peu sollicité, sortait une parade miraculeuse devant En Nesyri pour éviter une terrible désillusion et accrocher la prolongation.

Le flair de Flick

Au début de celle-ci, le gardien allemand gagnait encore une fois son duel avec le Marocain en détournant sa frappe sur le poteau. Émoussés physiquement, les Munichois desserraient l’étreinte et avaient de plus en plus de mal à enchaîner les séquences de possession dans le camp adverse. Et c’était finalement un entrant, après une phase arrêtée, qui faisait la différence. A l’affût après un arrêt de Bounou devant Alaba, Javi Martinez envoyait le ballon dans la lucarne d’un coup de casque imparable (2-1, 104e). Dernier match et dernier but, le Basque laisse un joli cadeau au Bayern !

La note du match : 8/10

Un sacré match ! Un très haut niveau technique, de l’intensité, des belles combinaisons, du suspense, des gardiens exceptionnels, nous avons eu droit à la totale sur cette partie. Pour une rencontre de quasi reprise, les acteurs de cette finale ont été au rendez-vous !

Les buts :

– Jesus Navas adresse un ballon dans la surface pour De Jong, qui remet de la tête en retrait pour Rakitic. Devancé par le Croate, Alaba le fauche et concède un penalty qu’Ocampos transforme en tirant à droite de Neuer (0-1, 13e).

– Sur la droite, Müller adresse une sublime passe de l’extérieur du pied droit pour Lewandowski, qui échappe à la vigilance de la défense centrale. Le Polonais a l’intelligence de remettre le ballon derrière lui pour Goretzka, qui trompe Bounou d’un plat du pied droit chirurgical (1-1, 34e).

– Séville se dégage sur un corner de Kimmich mais le ballon reste aux abords de la surface. Alaba enchaîne un contrôle de la poitrine et une frappe repoussée par Bounou mais Javi Martinez, à l’affût, place une tête à bout portant imparable dans la lucarne (2-1, 104e).

Les NOTES des joueurs

Maxifoot a attribué une note (sur 10) commentée à chaque joueur.

L’homme du match : Manuel Neuer (8/10)

Peu sollicité en première période, le gardien allemand est décisif dès le retour des vestiaires devant De Jong mais surtout face à En Nesyri avec un arrêt miraculeux dans le money time. Encore une fois vainqueur de son duel devant le Marocain en prolongation, le champion du monde 2014, qui s’est distingué avec ce nombreuses relances vers ses attaquants, a été déterminant pour empêcher la désillusion dans les moments-clés. Meilleur gardien du monde pour certains, meilleur gardien de l’histoire pour d’autres… Une chose est sûre : Neuer est un géant.

BAYERN MUNICH :

Manuel Neuer (8) : lire commentaire ci-dessus.

Benjamin Pavard (6,5) : le latéral droit français a rendu une copie intéressante. Il n’a jamais hésité à se projeter vers l’avant en réalisant de nombreux centres et aurait même pu égaliser en première période sur un plat du pied puissant. Malgré son manque de rythme, il a fait le boulot plus que correctement dans son couloir.

Niklas Süle (6) : préféré à Boateng, le défenseur central allemand a connu une première période compliquée. Battu dans son duel avec De Jong sur le penalty obtenu par Rakitic, il n’a pas respiré la tranquillité. Il monte néanmoins en puissance au fil de la seconde période et impressionne par sa faculté à se montrer résistant dans les duels.

David Alaba (5) : lui aussi a connu un début de match délicat avec un penalty concédé d’entrée. Sur les rares séquences où il a été mis à contribution, l’Autrichien s’est montré assez fébrile, notamment dans son repli parfois nonchalant. Il a également été assez maladroit sur ses coups de pied arrêtés. Un match globalement moyen pour l’habituel taulier de la défense allemande. Remplacé à la 112e minute par Jérôme Boateng (non noté).

Lucas Hernandez (6) : une rencontre solide pour le latéral gauche français. S’il a été assez peu en vue offensivement en première période avant de prendre ses aises lors du second acte, le champion du monde tricolore s’est montré appliqué dans ses tâches défensives. Il s’est livré un sacré duel avec Ocampos. Remplacé à la 99e minute par Alphonso Davies (non noté).

Joshua Kimmich (7,5) : le couteau suisse le plus performant du monde a encore une fois été excellent. Jamais paniqué, il a ratissé un nombre incroyable de ballons et a couvert quasiment tout le terrain durant les 120 minutes. Un rôle de régulateur respecté à la perfection. La classe, tout simplement.

Leon Goretzka (7,5) : encore un très gros match pour le milieu allemand. Au four et au moulin, le champion d’Europe a réalisé un énorme boulot dans le coeur du jeu, à la récupération comme à la création. Sa puissance physique a été précieuse pour empêcher le milieu sévillan d’avoir le contrôle. Remplacé à la 99e minute par Javi Martinez (non noté), auteur du but de la victoire en prolongation pour son dernier match. Comme il y a 7 ans !

Leroy Sané (5,5) : le joueur arrivé en provenance de Manchester City a été remuant et disponible. Problème, il s’est montré particulièrement inefficace devant le but avec de nombreuses opportunités gâchées. L’Allemand a même parfois fait preuve de suffisance alors qu’il fallait assommer l’adversaire. Remplacé à la 70e minute par Corentin Tolisso (6), qui a été en vue lors de son entrée en jeu.

Thomas Müller (7) : quel joueur exceptionnel… Alors qu’il a mal démarré son match, le Bavarois, qui venait de rater une énorme occasion, a délivré un bonbon pour Lewandowski sur le but de Goretzka. Toujours placé entre les lignes, il a posé de gros problèmes au bloc défensif espagnol. Il s’est d’ailleurs distingué avec une somptueuse passe décisive pour le Polonais mais le but de ce dernier a été refusé pour hors-jeu. Important, encore une fois.

Serge Gnabry (5) : une déception. Habituellement tonique et intenable dans son couloir, l’ailier allemand, qui n’a pas ménagé ses efforts, a été inefficace. L’ancien joueur d’Arsenal a, comme Sané, manqué de nombreuses occasions sur lesquelles il aurait pu largement mieux faire. Du mouvement mais pas assez de précision.

Robert Lewandowski (6,5) : comme en finale de la C1, le Polonais n’a pas marqué. Mais il a énormément usé la défense espagnole qui a eu du mal à le contenir. Passeur décisif d’une très belle remise pour Goretzka, l’attaquant passé par Dortmund n’a pas du tout à rougir de son match.

FC SÉVILLE :

Yassine Bounou (7,5) : encore un match monstrueux pour le gardien marocain, déjà énorme en finale de la Ligue Europa contre l’Inter. Auteur de nombreuses parades face aux attaquants bavarois, il réalise une seule petite erreur en repoussant mal la frappe d’Alaba sur l’action du but de Martinez. Dommage…

Jesus Navas (6,5) : le capitaine du club espagnol a fait preuve de courage sur ce match. Il s’est battu comme une teigne sur tous les ballons, empêchant les ailiers allemands de prendre le dessus. Un patron.

Diego Carlos (5) : l’ancien Nantais a souffert contre les attaquants allemands. Il s’est bien battu mais il lâche Martinez au marquage sur le but de la victoire pour le Bayern.

Jules Koundé (6) : le défenseur central s’est distingué avec un énorme sauvetage devant Müller à la 20e minute puis devant Süle lors du seconde acte. Bougé par Lewandowski, il a eu quelques soucis de placement sur les actions chaudes, notamment sur le but de Goretzka. Un match correct dans l’ensemble néanmoins.

Sergio Escudero (5) : le latéral gauche a eu du mal sur certaines phases face à Sané et Gnabry. On l’a globalement trop peu vu sur les phases offensives.

Joao Jordan (6) : en voilà un qui ne triche pas ! Tel un chien enragé, le milieu espagnol s’est battu sur tous les ballons pour gêner ses homologues allemands. Un match de devoir qui va lui donner confiance pour la suite de la saison. Remplacé à la 94e minute par Franco Vazquez (non noté).

Fernando (6) : le milieu brésilien a souvent prêté main forte à ses défenseurs en décrochant très bas pour contenir Lewandowski. Une prestation solide pour l’ancien joueur de Manchester City.

Ivan Rakitic (6) : de retour à Séville, le milieu croate a affiché un visage plus conquérant que sur sa fin d’aventure à Barcelone. Il obtient un penalty grâce à une montée bien sentie dans la surface allemande. Intéressant dans l’impact, il a fait le job. Remplacé à la 56e minute par Oliver Torres (4), qui a été trop timide avec le ballon.

Suso (4,5) : l’ancien joueur du Milan AC a été remuant en première période avant de s’éteindre après la pause. Il a donné l’impression de faire son numéro de soliste dans son couloir. Remplacé à la 72e minute par Nemanja Gudelj (non noté).

Luuk de Jong (6) : préféré à En Nesyri, l’attaquant néerlandais a une nouvelle fois été très précieux dans son jeu dos au but. C’est lui qui déstabilise complètement la défense allemande sur sa déviation pour Rakitic obtient le penalty. Remplacé à la 56e minute par Youssef En Nesyri (4), qui a raté une occasion en or pour assommer le Bayern en fin de seconde période. Cette action, le Marocain va longtemps y penser…

Lucas Ocampos (7) : buteur sur penalty, l’ancien Marseillais a livré une sacrée prestation. L’ailier argentin n’a eu de cesse de provoquer les Bavarois grâce à des longues courses généreuses et une finesse technique étonnante. Dans la lignée de sa dernière très belle saison !

Et pour vous, quels ont été les meilleurs et les moins bons joueurs du match ? Réagissez dans la zone de « commentaires » ci-dessous !

Ocampos a ouvert la marque sur penalty (0-1, 12e)

Goretzka a égalisé après une belle action collective (1-1, 34e)

Neuer a réalisé un arrêt monstrueux devant En Nesyri

Javi Martinez a offert la victoire au Bayern (2-1, 104e)

Bounou s’en veut après sa seule erreur du match

La joie du Bayern lors de la remise du trophée

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *