Espagne : Luis Enrique répond aux nombreuses polémiques !

Alerte rouge ! Depuis quelques jours maintenant, l’équipe nationale espagnole vit un enfer. La Roja est, en effet, touchée de plein fouet par l’épidémie de coronavirus puisque Sergio Busquets et Diego Llorente (testé positif avant d’être deux fois négatif) ont été successivement testés positifs à la covid-19. Dans la foulée, le staff a placé le reste des joueurs à l’isolement et ces derniers se sont entraînés par petits groupes. L’équipe A a été remplacée mardi soir par les U21 lors du match amical prévu face à la Lituanie.

Pour anticiper de nouveaux cas, six joueurs ont été appelés en sélection, ainsi que onze U21. Tous ont été placés dans une bulle sanitaire parallèle à celle de la Roja. C’est dans ce contexte particulier et à quatre jours d’affronter la Suède lors de la première journée de l’Euro 2020, que l’Espagne tente de se préparer au mieux. Ce jeudi, Luis Enrique s’est présenté en conférence de presse. L’occasion pour lui de faire le point sur ses troupes en présence et de répondre aux diverses polémiques.

La Roja se prépare tant bien que mal

«Rapidement, les services médicaux ont commencé à établir un protocole encore plus exigeant. Nous avons commencé à nous entraîner presque individuellement. L’attitude des joueurs est digne d’éloges. Il y a plusieurs équipes avec des situations comme celle-ci. Être dans une bulle a de très bonnes choses, mais quand le virus entre, c’est difficile à gérer. L’affaire Llorente semble avoir été un faux positif. Il faudra confirmer». Il a ensuite évoqué les six joueurs qu’il a appelés en urgence.

«En tant qu’entraîneur, je dois avoir un plan « B ». Je voudrais féliciter le staff car en un temps record, ils ont réussi à faire venir des joueurs qui étaient en vacances. L’attitude de tous les joueurs est louable. Concernant les six joueurs que j’ai appelés, j’apprécie leur capacité à s’adapter et à annuler leurs vacances. En trois minutes, ils étaient tous prêts à faire un test PCR et à venir s’entraîner sans leur garantir absolument rien. Je leur ai dit qu’il n’y aurait aucune répercussion s’ils ne venaient pas».

Il poursuit : «nous nous entraînons avec les deux plans en tête et je suis optimiste vu le degré d’implication. Le plus important est que personne d’autre ne soit infecté. Nous devons renforcer le protocole, mais nous devons aussi essayer de faire en sorte que le joueur arrive dans son meilleur état mental et physique. On fait un test PCR dès le matin pour que le laboratoire puisse nous donner les résultats avant l’entraînement. On joue en essayant d’être le mieux préparé possible. Ce n’est pas une situation agréable, mais j’en ai vécu une bien pire».

Luis Enrique défend son staff médical

Face à cette problématique sanitaire, le staff médical espagnol a été pointé du doigt. Luis Enrique l’a défendu. «Il y a un maximum de confiance dans les médecins. Malgré le respect et le renforcement de ces protocoles, le virus peut apparaître à tout moment. C’est arrivé, nous l’acceptons et nous nous adaptons. Nous ne cherchons pas de coupables, mais plutôt des solutions et nous essayons d’arrêter cette situation». La vaccination peut en être une.

«Le président de la fédération nous a parlé il y a des mois de la possibilité de vacciner l’équipe nationale. Cela n’a pas pu être réalisé, mais nous l’acceptons volontiers, maintenant il semble que cela puisse être réalisé. Désormais, chaque cas sera traité individuellement. S’il y en a, nous les gérerons individuellement (…) J’aimerais qu’ils se fassent vacciner le plus tôt possible. Cela me dérangerait beaucoup de ne pas pouvoir compter sur un joueur pour un symptôme après ça». Mais là encore, il y a polémique. En effet, certains ne comprennent pas pourquoi les footballeurs seraient prioritaires.

La polémique des vaccins

«Il y a toujours des gens qui ne sont pas d’accord. On acceptera sereinement les décisions qui seront prises», a avoué le sélectionneur. Malgré ce contexte délicat, ce dernier tente de rester positif et préparer son équipe au mieux.«Je ne me souviens que de quelque chose de similaire au Barça B. Si j’ai toujours été optimiste, après avoir vu comment nous nous sommes adaptés aux problèmes, je ne peux penser qu’à des choses positives maintenant et nous serons prêts à faire la guerre. On essaye d’arriver dans les meilleures conditions. Hier, on a fait deux groupes et on a pu de travailler un peu tactiquement».

Enfin, il a terminé en précisant qu’il comptait sur tous les joueurs et en évoquant des cas précis.« Je vais attendre Busquets. C’est un joueur important et il y a plus qu’assez de temps. Busquets sera sur la liste à coup sûr. Il est bien et asymptomatique, il est capable de s’entraîner. Il est en contact avec nous et il est motivé». En revanche, le coach ibérique n’a pas songé à rappeler Sergio Ramos malgré ses soucis d’effectif.« Je n’ai pas pensé à Ramos car il est toujours dans les mêmes conditions qu’avant. La situation n’a pas changé». La Roja a encore quelques jours pour se remettre d’aplomb avant de se lancer dans la compétition.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *