Coupe Davis – Pourquoi les meilleurs Bleus ne sont pas à la Coupe Davis

Voici le classement ATP de fin d’année concernant les Français. 21e : Gaël Monfils ; 35e : Ugo Humbert ; 46e : Benoît Paire ; 58e : Arthur Rinderknech ; 63e : Benjamin Bonzi. Dans cette liste des cinq meilleurs au classement ATP, seul Arthur Rinderknech fait partie de l’équipe sélectionnée par le capitaine Sébastien Grosjean, avec Adrian Mannarino (71e), Richard Gasquet (86e), ainsi que Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert pour le double.

Monfils en voyage de noces

Parti en voyage de noces aussitôt après Bercy, le Français ne se sentait visiblement pas très concerné par cette compétition, ou avait « besoin de souffler ». Son coach Günter Bresnik ne semblait pas lui non plus favorable à ce que son joueur étende sa saison. Lors de la dernière édition à Madrid en 2019, alors qu’il revenait chez les Bleus après trois ans d’absence, et qu’il avait enchaîné avec le Masters de Londres (où il était remplaçant), il n’avait pas convaincu son capitaine. Battu lors de la première rencontre par le Japonais Nishioka (7-5, 6-2), en proie à de drôles de problèmes de réglage de cordage, il n’avait plus rejoué ensuite.

Humbert au repos forcé

Initialement retenu par Sébastien Grosjean, le Messin avait dû déclarer forfait et il est parti se ressourcer sous le soleil des îles. Battu au 1er tour lors de ses quatre derniers tournois, le jeune Français de 23 ans, seul Français à avoir gagné un titre cette saison (à Halle), souffre de crises de fatigue assez mystérieuses depuis quelques semaines. S’il semblait un moment requinqué, ce qui explique sa sélection initiale, il a de nouveau rechuté et préféré mettre un terme à sa saison.

Paire non sélectionné

Il semblait motivé, si l’on s’en fie au fait qu’il prenait des nouvelles d’Ugo Humbert au cas où une place chez les Bleus pouvait se libérer. Non sélectionné pour les Jeux Olympiques de Tokyo pour « comportements déplacés », l’Avignonnais n’était visiblement soumis cette fois-ci à aucune directive fédérale. C’est juste qu’après une embellie à la mi-saison, son rendement sportif (une victoire lors de sept derniers tournois) n’a pas dû sembler suffisant au capitaine.

Bonzi vainqueur de deux seuls matches face à des top 100

S’il a accompli une saison très dense marquée par six titres en Challengers pour se hisser assez haut dans le classement, le Nîmois n’a toutefois que deux victoires sur le circuit principal en 2021, et n’a battu que deux joueurs du top 100 cette saison (Rinderknech, 77e, au Challenger de Rennes, et Pouille, 79e, à Montpellier en début de saison). Alors qu’il n’avait pas reçu de wild-card à Bercy, il s’est rendu compte, sans doute avec un peu de frustration, qu’il n’était pas encore jugé faisant partie des valeurs sûres tricolores.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *